Comment adopter un labrador ?

Choisir l’élevage

Début novembre 2014, nous adoptions Jade.

Avant cette belle rencontre, j’étais confrontée aux choix des annonces/élevages. Difficile de choisir un chiot parmi toutes les annonces…surtout lorsque l’on sait que ce choix aura une influence sur au moins les 10 prochaines années de votre vie. 

J’ai contacté trois personnes : 1 via site de l’élevage, 2 via Leboncoin pour me renseigner sur les portées disponibles.

Une première éleveuse spécialisée en Labrador et Golden m’a assez mal reçue par téléphone, m’expliquant qu’elle n’aimait m’a vendre des chiots à des « primo adoptant » de labradors et que de toute manière il valait mieux adopter au printemps. Elle était également désagréable quand j’ai abordé le fait que je voulais une femelle à me dire « ah mais j’en ai marre que tout le monde souhaite adopter une femelle plutôt qu’un mâle ». Son site internet était pourtant très bien fait et très clair, les avis sur forums également très bons je pensais vraiment y adopter mon labrador…je ne remets pas en cause son élevage ou professionnalisme, c’est pourquoi je ne préfère pas le citer, c’est juste que le contact téléphonique n’est pas passé.

J’ai ensuite choisi d’appeler un particulier. Il s’agissait d’un petit élevage non professionnel disposant d’une portée de labradors chocolat LOF disponibles à Noël (en savoir plus sur le LOF ici). La personne  m’encourageait à ce que je réserve directement le chiot par téléphone avant même de me déplacer. Je ne me voyais pas réserver comme ça sur un coup de fil le chien qui allait partager une partie de ma vie.

Je me suis ensuite rapprochée d’un élevage plutôt spécialisé en Terre-Neuve dans l’Aisne (Domaine de Goes Kuard), où j’ai pu demander tous les renseignements nécessaires par téléphone (LOF, caractère, âge des chiots, différence mâle/femelle, vaccin etc.). J’ai apprécié que l’éleveuse m’indique qu’il fallait voir quel était le chiot qui correspondait le mieux à nos attentes. Que le mieux était de le rencontrer pour voir si le contact passait. Elle m’a indiquée qu’il lui restait 2 femelles chocolat, l’une d’elle était très calme et écoutait très bien les ordres; l’autre était plus fofolle. Les chiots étaient disponibles à 3 mois et non 2 mois pour faciliter la séparation de leur maman.

Pour savoir si le chien est bien à jour des vaccins, vous pouvez lire cet article qui explique exactement quel vaccins votre chien a besoin, à quel prix et quand.

Nous étions un mercredi et le samedi nous allions visiter l’élevage pour voir la femelle calme qui était disponible le jour de mon anniversaire…comme un signe…pendant 4 jours je n’espérais qu’une chose qu’elle soit toujours disponible…

Je vous propose sur cette page de ne pas hésiter à indiquer le nom de l’élevage si vous deviez en recommander un pour les futurs acquéreurs.

Où adopter son chien ?

Vous verrez un chien transformera votre quotidien pour des années avec de nombreux moments de joie mais il y aura aussi des moments plus difficiles. Un chien vit plus de dix ans en moyenne. Il s’agit donc, non seulement de choisir le bon, mais il faudra apprendre à vivre avec lui.

Alors quelques conseils, qui sont certes plus faciles à dire qu’à faire (comment ne pas craquer devant la petite bouille d’un toutou):

  • Prendre son temps
  • Eviter les adoptions « coup de coeur »
  • N’hésitez pas à prendre contact avec un vétérinaire qui peut se renseigner auprès de ses clients
  • Le bouche à oreilles, les avis via forum, blog aussi..tout en gardant du recul bien entendu
  • N’oubliez pas la loi : un chiot ne peut pas être adopté avant l’âge de 8 semaines
  • Avant toute cession: gratuite ou onéreuse, un chien doit être identifié (puce, tatouage) et un certificat vétérinaire doit être réalisé aux frais du vendeur
  • Pour un chien de race se renseigner auprès de la SCC (Société Centrale Canine):

Consultez les portées disponibles sur: https://www.centrale-canine.fr/recherche-par-race/portees

Les éleveurs professionnels

Normalement, leurs chiots doivent être en bonne santé, de plus les reproducteurs sont censés avoir été sélectionnés.

Certains éleveurs prennent soin de mettre les chiots dans les meilleurs conditions pour leur assurer un développement comportemental idéal: manipulations fréquentes par les humains, habituation aux bruits quotidiens. Ceci afin d’éviter l’apparition de troubles du développement.

Posez bien toutes les questions à l’éleveur avant de décider d’y adopter votre chien: conditions d’élevage, documents remis à l’adoption, marque de croquettes donnée, caractère du chiot, origines des parents.

Bien entendu, tous les élevages ne se valent pas, alors soyez prudents et je vous conseille de vous renseigner auprès de la SCC (http://www.chiens-online.com/recherche-eleveurs.html)

Les refuges (associations de protection animale)

C’est là que vous pourrez y adopter principalement des chiens adultes. C’est une très bonne action! Offrez au chien une seconde chance.

En plus adopter un chien adulte peut vous éviter d’avoir à gérer tout la période difficile du chiot. Les personnes du refuge connaissent le caractère du chien et pourront vous guider. Il ne sera pas trop tard pour faire son éducation ou l’inscrire au dressage, les chiens sont bien plus intelligents qu’on le pense.

Posez bien les questions sur le chien pour l’adopter en toute connaissance de cause -> ne lui faites pas vivre un nouvel abandon.

Personnellement cela me fend le coeur quand je vois toutes les annonces de ces chiens abandonnés. Peut-être serai-je amenée à avoir un deuxième chien quand Jade sera adulte: je pense que ce sera via un refuge pour offrir une nouvelle vie à un toutou. Un de mes objectifs du blog sera de visiter quelques refuges et de vous expliquer le déroulement de l’adoption, comment être bénévole etc.

Les animaleries

Elles permettent de vous présenter des chiots de différentes races.

Certaines animaleries (exemple: Animalis) s’engagent à respecter une charte de respect de l’animal:  provenance d’élevage français, transport agréé par service vétérinaire, sociabilisation, contrôle vétérinaire, espace détente dans certains magasins pour les faire courir etc.

Attention toutes les animaleries ne se valent pas: l’origine et les méthodes d’élevage peuvent être inconnues. Si les chiots sont vendus à 2 mois, ils risquent d’avoir été séparés trop tôt de leur mère étant donné le temps de transport. Des conditions de sevrage assez dures peuvent prédisposer les chiots aux troubles du développement. Des mélanges de chiots venant d’horizons différents augmentent les risques de maladie.

Les particuliers

C’est le chiot né et élevé en famille. Si cette famille ressemble à la vôtre, le chiot sera bien habitué à ses conditions de vie future (enfants, autres animaux, propreté..). Il sera très adaptable. Vérifiez bien que le chien n’a pas été isolé de la famille; les conditions d’hygiène etc. pour éviter tout trouble du comportement.

Déroulement de l’adoption

Nous voilà devant l’élevage, j’ai le coeur qui bat la chamade, comme lorsque je m’apprêtais à rentrer dans l’église le jour de mon mariage.

Nous demandons à voir la petite femelle labrador chocolat calme. On nous l’apporte dans le salon. 

J’aperçois de loin une femelle terre-neuve avec ses petits bébés d’à peine 1 mois, tous endormis, tous à croquer…je m’attends à voir un chiot labrador tout petit, timide et calme.

Et non, la voilà, la petite mémère elle nous fait la fête, court sous la table et fait un petit caca. Elle a le ventre bien dodu, elle sent « le chien », elle met des petits coups de tête avec l’excitation, elle « galope ». Je m’attendais à ce qu’elle soit toute timide, toute petite, tout bébé; mais c’est vrai qu’à 3 mois, ils sont déjà bien éveillés. Qu’importe je fonds littéralement.

Mon mari aussi, nous échangeons un regard qui en dit long…c’est la bonne! Nous formulons en choeur « on la prend ». L’éleveuse nous propose de répondre à toutes nos questions.

Nous parlons propreté, vaccins, vermifuge, repas; je n’avais pas réalisé qu’il y avait autant de choses à penser, nous nous lançons dans une belle aventure!

Voici les documents abordés avec l’éleveuse:

  • Confirmation LOF des parents et pas de dysplasie des hanches des parents
  • Test de la puce électronique: vérification du numéro et de l’emplacement du transpondeur

Voici les documents liés à la vente qui m’ont été remis:

  • Certificat vétérinaire

indiquant le numéro de la puce et déclarant que le chiot est « indemne de tout signe clinique de maladies contagieuses » -> réalisé à ses 3 mois soit juste avant adoption.

Indique que RAS pour poids, yeux, oreilles etc..

  • Carnet de santé

comporte les vignettes de ses deux vaccins qui ont été effectués à l’âge de 3 mois:

Versican DHPPi -> Maladie du Carré, Hepatite, Parvovirose, Parainfluenza

Lepto Cl -> Leptospirose

L’éleveuse nous indique de faire une visite chez le vétérinaire à ses 4 mois pour les rappels des vaccins et d’éviter le contact avec d’autres chien, la protection envers certaines maladies étant efficace seulement après le 2ème vaccin.

  • Autocollants

portant le numéro de la puce électronique: environ 6 autocollants très utiles pour mettre dans le carnet de santé, le passeport etc…

  • Une convention de vente

attestant la date de la vente, le lieu, le nom de l’éleveur, la race, la couleur, le sexe, la date de naissance, le n° de puce, le nom des parents, le numéro d’inscription au LOF (a été indiqué comme « SCC en cours »), le prix de vente et le mode de règlement, les signatures de l’acheteur et du vendeur.

Documents qui auraient dû m’être remis par l’éleveuse:

  • La carte d’identification de la puce électronique
  • Le certificat de naissance

-> le vétérinaire m’a indiquée que ces documents étaient « obligatoires lors de l’achat d’un chiot » -> je vais donc en faire la demande par courrier à l’élevage.

Article acheté à l’éleveuse:

  • Sachet de croquettes de 14 kilos -> pour éviter trouble digestif du chiot et pouvoir faire une transition en douceur vers une autre marque

Voilà en une demi-heure, notre foyer s’agrandit.

Nous repartons avec notre petite chienne dans les bras et croisons d’autres personnes venues pour adopter sa soeur: la petite fofolle.

Comment a réagit le chiot à son arrivé ?

Après 1h30 de voiture, Jade peut faire son petit pipi dehors et découvrir la maison.

On voit bien que les labradors sont joueurs, aussitôt elle ramène le jouet!

Au bout de 5minutes, elle a pleuré un petit peu, sûrement à rechercher sa maman et ses frères et soeurs.

Mais sinon elle était heureuse, ne restant jamais loin de nous, à sentir son environnement et à remuer la queue tout le temps.

Pour sa première nuit dans la maison, aucun soucis. Elle dort dans la buanderie et n’a pas pleuré. Il faut dire qu’elle était fatiguée de tous ces changements. Par contre, elle ne dormait pas dans son panier vous retrouverez les détails prochainement dans un article qui y sera consacré.

Je pense qu’il faut prendre le temps de comprendre les besoins du chien dans un premier temps et ensuite, on peut commencer à installer des habitudes quotidiennes pour que le chien ait des repères. Cet article explique cela plutôt bien, même s’il est en anglais.

Et vous, des anecdotes à partager par rapport aux premiers pas de votre chien chez vous ?